Ethique

Il est important pour moi d’entretenir un espace chaleureux et authentique lors des rencontres. Je m’engage à communiquer dans un cadre d’écoute, de respect et d’empathie. Je m’efforce de m’adapter au rythme, au processus et aux croyances de chacun. La mise en place d’un contrat thérapeutique et administratif dès le début du traitement apporte clarté, structure et engagement dans les démarches choisies ensemble, selon les motifs de consultation. Ces contrats permettent au thérapeute autant qu’au consultant de clarifier les besoins et demandes. Le thérapeute est ainsi mieux à même de cibler son approche afin de répondre à des besoins spécifiques et de pouvoir offrir un accompagnement individualisé optimal.

Je travaille régulièrement en synergie avec les différentes techniques que je pratique. Chacun est évidemment libre de ne choisir qu’une seule approche. J’exerce ma profession dans un esprit d’équipe, de collaboration avec le consultant. Je mets mes compétences et mon être à son service. Je tiens à souligner que chacun est responsable des choix pour sa santé globale et de sa guérison. Concernant les traitements médicamenteux en cours, tout changement, diminution ou arrêt de traitement est à discuter en accord avec son médecin traitant.

Je suis ouverte à la remise en question. J’ai aussi mes propres limites, je les annoncerais avec humilité, si la situation le nécessite, pour plus de clarté et d’honnêteté. En tant que professionnelle de la santé, je suis tenue au secret médical. Selon les situations, je travaille volontiers en réseau avec les médecins, psychothérapeutes, ostéopathes, enseignants ou autres collègues côtoyant également le client. Je suis régulièrement de la formation continue dans les divers domaines qui m’intéressent.

Ce magnifique texte me touche et me rappelle combien le lien avec l’autre peut être aimant, respectueux et subtil…

AIMER LA MAIN OUVERTE

 

Une personne compatissante voyant un papillon lutter pour se libérer de son cocon, et voulant l’aider, écarta avec beaucoup de douceur les filaments pour dégager une ouverture. Le papillon libéré sortit du cocon et battit des ailes mais ne put s’envoler. Ce qu’ignorait cette personne c’est que ce n’est qu’à travers le combat de la naissance que les ailes peuvent devenir suffisamment fortes pour l’envol. Sa vie, raccourcie, il la passa à terre. Jamais il ne connut la liberté, jamais il ne vécut réellement.

Apprendre à aimer la main ouverte est une toute autre démarche. C’est un apprentissage qui chemine progressivement en nous, façonné dans les feux de la souffrance et les eaux de la patience. Nous apprenons que nous devons laisser libre ceux que nous aimons car si nous nous agrippons, si nous essayons de contrôler, nous risquons de perdre ce que nous tentons de garder.

Lorsque nous essayons de changer quelqu’un que nous aimons, nous lui volons un droit précieux, celui d’être responsable de sa propre vie et de ses propres choix. Chaque fois que nous imposons notre désir ou notre volonté à l’autre, même avec les meilleures intentions du monde nous lui ôtons ses possibilités de croissance intentions du monde nous lui ôtons ses possibilités de croissance et de maturation.

Chaque fois que nous surprotégeons quelqu’un, nous lui signifions qu’il est incapable de prendre soin de lui-même.

Voilà ce que nous pourrions dires à ceux que l’on aime vraiment :

« Je t’aime, je t’estime, je te respecte et j’ai confiance en toi. Tu as en toi la force et les moyens de devenir tout ce qu’il t’est possible de devenir, à condition que je ne me mette pas en travers de ton chemin. Je te laisse la liberté de marcher ou non à côté de moi, dans la joie ou la tristesse. Si tu as besoin de moi, je te réconforterai, mais si tu peux marcher sans aide, je ne te soutiendrai pas. Je serai à tes côtés dans la peine et dans la solitude mais je ne chercherai pas à les éloigner de toi. Je m’efforcerai d’écouter ce que tu veux dire avec tes paroles à toi. »

Nous n’arrivons pas toujours à nous empêcher de mettre la main dans le cocon. Mais si nous arrivons à « aimer la main ouverte », l’autre peut s’envoler, expérimenter la liberté et revenir à son gré, vivre ses expériences tout en sachant qu’une main ouverte l’attend.